Sexe torride sur mon lieu de travail...


Je suis coiffeuse à Liège, j'ai 28 ans et je ne souhaite pas me caser dans l'absolu. Je viens à peine de divorcer. Pour le moment j'aimerais juste m'éclater mais aussi découvrir de nouvelles pratiques cochonnes je l’avoue. Difficile cependant de faire des rencontres quand on est comme moi légèrement en retrait et trop discrète. Mon prénom c'est Mélanie mais dans mon entourage on m'appelle "Miel". Je suis douce et câline, mes cheveux sont châtains clairs et mes yeux noisette.

Je suis très légèrement enveloppée et cela me donne un certain charme pour les hommes qui aime les filles aux formes voluptueuses. Mes seins ronds sont charnus à souhait et mes fesses très rebondies. J'avoue être gênée quand un homme pose son regard coquin sur mon décolleté généreux, un peu complexée sans doute.

Mon ex mari a été mon seul homme. Il m'a dépucelé et c'est avec lui que j'ai connu le sexe. J'ai découvert il y a un an qu'il entretenait une relation adultère avec une femme plus âgée, j'ai préféré me séparer de lui pour pouvoir enfin profiter des bons moments de la vie.

Au lit c'était super monotone entre nous je le sais car mes copines me racontent souvent leurs ébats et parfois quand j'entends qu'elle se font démonter la chatte ou défoncer le cul comme elles disent cela me fait mouiller intensément parce que moi aussi je voudrais bien que ça m'arrive.

Fin août, un client s'est pointé au salon sans rendez-vous. Nous avions déjà baissé le rideau. Il avait fait très chaud toute la journée et nous étions fourbues. Ma patronne le connaissait mais vu l'heure tardive elle lui a demandé de repassait demain. Le jeune homme blond assez mignon a insisté en proposant 50 euros pour un shampoing et un coup de peigne. J'ai fixé ma patronne du regard. Elle a demandé au client de patienter un instant et m'a rejoint en me disant tout bas que si je voulais m'en occuper c'était d'accord, suffisait juste ensuite de bien fermer toutes les portes et de sortir par derrière.

50 euros en plus dans mon porte-monnaie ne me ferait pas de mal. Personne ne m'attendait chez moi. Ma patronne est partie. J'ai installé le client "au bac" et je lui ai lavé les cheveux très doucement en prenant soin de lui masser tout légèrement le cuir chevelure. Il sentait super bon et avait une belle peau.

Je les questionnait un peu pour passer le temps : Kévin 21 ans passionné de moto. J'aurais du faire plus vite pour rentrer chez moi de bonne heure mais j'ai tellement aimé le contact de ses cheveux et de sa nuque musclé alors j'en ai profité pour lui faire un massage sensuel.

Devant la glace pendant que je sèche ses cheveux il me dit que j'ai des mains de fée… Il insiste même arguant qu'aucune femme auparavant ne l'avait massé avec autant de douceur. Cela m'a fait rougir. Debout et penchée sur lui, j'ai senti son regard me déshabiller. Depuis six mois j'étais affamée. Trop timide pour accepter les invitations, j'étais resté dans mon coin.

Je ne sais pas pourquoi mais tout en le coiffant mon esprit s'est mis à imaginer des trucs complètement fous. Kévin paraissait s'intéressé à moi, du coup l'idée de me faire baiser par lui dans le salon de coiffure fermé m'a donné des gros frissons de désir.

J'ai terminé, Kévin se lève jette un regard rapide dans la glace me remercie et me tend 50 euros, son sourire espiègle me fait fondre. Je l'accompagne jusqu'à la porte de derrière et avant même de l'avoir ouverte il s'incline vers moi et me vole un baiser. Sa bouche sucrée vient de réveiller une brutale envie de sexe en moi. Mon sang ne fait qu'un tour et mon corps pulpeux et chaud s'abandonne totalement à sa bouche brûlante qui aspire ma langue. Mes pointes de tétons sont en éveil déjà toutes tendues à travers le nylon de ma blouse rose. Jamais de ma vie je n'ai été aussi déchaînée avec un homme à fortiori un jeune inconnu.

Il me pousse contre le mur et continue à m'embrasser plus fougueusement, les boutons de ma blouse sautent faisant surgir ma lourde poitrine moulée dans un balconnet noire en dentelle. Il écarte les bretelles et avec douceur s'en empare posant sa bouche sur les pointes pour les enrouler de salive et les sucer. J'attends ça depuis si longtemps...

Mes mains s'enfouissent dans ses cheveux épais et je commence à gémir pendant qu'il me pelote en extase et très excité devant mes larges auréoles brunes. Ma courte jupe en jean atterrit par terre et la bouche coquine et audacieuse de Kévin se met à tracer des sillons mouillés sur mes cuisses potelées qui s'ouvrent instinctivement pour récolter du plaisir.

C'est contre le mur jambes écartées (chose qui ne m'était jamais arrivée avant) que je commence à gémir de plaisir : Kévin a ôté ma petite culotte et pendant que sa bouche découvre ma chatte, son doigt caresse mon clitoris dégoulinant de mon fluide intime. Mon corps se contracte par l'invasion de ses doigts dans mon vagin. Je me tends vers lui seins en avant jouissant comme une chienne pendant qu'il m'envahit et qu'il me branle. Il se relève ensuite vivement plaquant son corps ferme contre le mien complètement alangui et écrase sa bouche sur mes seins en me les mordillant puis d'un geste sec et rapide il défait le bouton de son jeans et frotte son sexe durci sur ma minette gonflée.

Mon ventre contracté rêve d'être investit par son sexe viril. Sa main attrape ma nuque et oriente mon doux visage vers sa queue longue dont le gland s'aventure déjà sur ma bouche pour en forcer l'entrée. Moi qui n'a pas senti l'odeur d'une bite depuis longtemps, je me mets à sucer avec gourmandise cette superbe matraque, aspirant au passage ses couilles lourdes.

Une grosse goutte de sperme épais et tiède atterrit sur ma langue et je l'avale amoureusement espérant secrètement qu'à la fin il me donnera tout son jus. Le corps de Kévin est secoué de soubresauts quand j'enfonce sa queue le plus loin possible au fond de ma gorge en en savourant chaque centimètre. J'imagine une grosse glace et je m'applique, suçant et aspirant, laisser parfois le gland se balader à l'intérieur de mes joues, c'est tellement bon d'avoir ce gros muscle brûlant et gonflé dans la bouche...

C'est à genou entre ses jambes que je lui taille une superbe fellation, heureuse de pouvoir enfin me régaler d'une belle jeune bite. Puis Kévin ne pouvant plus résister à l'envie de me baiser, me soulève pour me relever, coince mon dos au mur, entoure mes cuisses autour de sa taille et d'un coup ferme et rapide me pénètre fortement.

Secouée par ses coups de reins impétueux je m'accroche à ses épaules, gémissant à chaque fois qu'il entre avec force en moi, puis les coups de bite se font plus vifs, plus profonds, ses mains entourent mes fesses les serrant fort jusqu'à ce qu'il éclabousse de son sperme chaud mon vagin bien ouvert, sa bouche enveloppant la mienne dans un dernier baiser langoureux.

Histoires récentes...